Les fibres des vêtements, les choisir et les entretenir

textiles vêtements de grossesse

Naturelles ou synthétiques, cellulosiques ou non cellulosiques, on croît souvent s’y connaître et puis quand on cherche bien, il est difficile à la majorité d’entre nous de dire l’origine d’une fibre. Dès lors que l’on veut savoir comment porter et entretenir un vêtement, il n’y a que peu d’indications outre l’étiquette de lavage lorsqu’on ne l’a pas retirée parce qu’elle nous gênait. Les vêtements de grossesse et encore plus ceux de bébé réclament davantage de vigilance parce que la peau est plus fragile durant la grossesse et bien plus sensible aux agressions y compris des fibres des vêtements mal entretenus. Comment choisir, porter et entretenir ses vêtements de grossesse.

Les fibres naturelles, synthétiques et chimiques

Les fibres naturelles peuvent avoir diverses origines dont végétale, animale et même minérale (le cas de l’amiante qui est une roche mais interdit d’usage quasiment partout). Les fibres naturelles d’origine végétale les plus connues dans nos vêtements sont le coton et le lin mais citons également le jute, sisal, coco que l’on rencontre dans nos maisons. Ces fibres naturelles végétales sont toutes à base de cellulose alors que les fibres animales comme la soie et la laine sont protéiniques.

 

Les fibres synthétiques ne sont pas forcément chimiques. C’est le cas des fibres synthétiques cellulosiques comme la rayonne, l’acétate et tri-acétate qui sont élaborées à base de bourre de bois ou de coton. Par contre le nylon est une fibre chimique non cellulosique fabriquée à partir de polyamide, l’acrylique à partir d’acrylonitrile, l’élasthanne est issue de polyuréthane et le polyester depuis l’alcool dihydrique et l’acide téréphtalique.

 

A chaque fibre son usage

Chaque fibre textile donne à un tissu des caractéristiques qui permettent d’en faire des vêtements plus ou moins adaptés à un usage ou à une saison :

 

  • Le coton : C’est la fibre naturelle la plus largement employée dans l’habillement. Le coton est donne résistance et sensation de douceur et de confort aux vêtements en leur prodiguant une bonne capacité d’absorption et une excellente conductivité de la chaleur. Par contre, le coton est une fibre peu souple donc sujette au froissement qui est sensible aux insectes, à la moisissure, à la putréfaction et assez fragilisé par des expositions prolongées au soleil.

 

  • Le lin : La fibre naturelle la plus onéreuse en raison des processus de fabrication. Le lin possède une bonne absorption, donne une sensation de fraîcheur bien agréable par temps chaud, il résiste aux mites et aux insectes mais se froisse (très) facilement et est sensible à la moisissure, la transpiration et aux agents de blanchiment.

 

  • La laine ou plutôt Les laines selon les races de mouton. Les laines les plus fines sont les plus douces et chaudes tout en étant plus légères que les laines plus épaisses qui sont moins chaudes et sont plus rugueuses. En règle générale les laines sont élastiques, hygroscopique(bonne absorption de l'humidité et résistent à l'électricité statique. Par contre elles sont d’entretien plus délicat.

 

  • La soie est brillante, lisse et douce. Légère et solide quand elle est sèche, elle peut perdre jusqu'à 20% de sa résistance quand elle est humide. De piètre élasticité, la soie est fragilisée par les expositions prolongées au soleil et sensibles aux insectes.

 

  • Rayonne et viscose sont douces, lisses et confortables en plus d’être très absorbantes mais leur longévité et leur conservation sont faibles lorsqu'elles sont mouillées. De plus elles ne possèdent qu’une faible capacité de récupération après étirement.

 

  • Acétate et tri-acétate ne doivent pas être comparées. Alors que l’acétate est tellement fragile humide qu’il faut la nettoyer à sec, le tri-acétate résiste bien aux lavages même à température élevée.

 

  • Nylon et polyester d’origine chimique sont donc résistant aux insectes, champignons, moisissures et à la putréfaction mais sont hydrophobes (non absorbants).

  • L’élasthanne (dont Cleer-span, Glospan et Lycra) n’est jamais utilisé seule mais toujours mélangée à d’autres fibres textiles auxquelles elle apporte confort, haute élasticité et puissant maintien de forme tout en étant résistante à l’abrasion.

 

L’entretien des vêtements selon leur composition

C’est d’abord de la constitution d’un tissu que dépendent ses possibilités d’entretien et notamment de sa résistance à l’humidité (lavage, transpiration) et à la chaleur (lavage, repassage).

 

Le coton et le lin résistent à la chaleur modérée puis se décomposent après une exposition prolongée à des températures élevées (à partir de 150 ° C). Ils se lavent bien et permettent un retrait facile des taches. Ils sont tous deux résistant à la transpiration alcaline mais subissent une légère détérioration face à la transpiration acide.

 

La laine se rigidifie au fur et à mesure de l’élévation de température et devient totalement dure à partir de 100 °C ; la soie quant à elle y est encore plus sensible. La laine attire la saleté et conserve les odeurs sans nettoyage sévère alors que la soie empêche la saleté de se déposer et de s’accrocher sur sa fibre lisse. La laine est affaiblie voire décolorée par la transpiration.

 

Rayonne et viscose perdent leur résistance au-dessus de 148 ° C alors que le nylon supporte aisément de hautes températures jusqu’à fondre à partir de 250°C. Ces fibres empêchent la saleté de se déposer avec en plus un retrait facile des taches.

 

Avant d’acheter un vêtement vous aurez dorénavant des informations relatives à ses fibres donc à son usage et à son entretien. Mais avant de découper et de jeter l’étiquette d’un vêtement, pensez à en retenir l’essentiel et puis, si l’étiquette est partiellement effacée, voici un rappel des règles applicables.

 

Source: http://www.coatsindustrial.com/